Dans les forêts de Sibérie …

Ce carnet d’ermitage de Sylvain Tesson, parti vivre trois mois durant sur les bords du lac Baïkal, en pleine forêt est le récit de trois mois d’une vide à la rude et complètement déconnecté.

De février à juillet 2010, l’auteur s’est exilé dans une cabane située à 120 km de la ville la plus proche, sans route, vivant de pêche, de bûcheronnage, de marches, de lecture et de vodka.

Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché d’être heureux.
Je crois y être parvenu.


Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.


Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *