Idjanga, la forêt aux gorilles

Jardin des Plantes – du 22 au 25 sept. 2022

Plongée dans la forêt vierge

Une expo de Max HURDEBOURCQ, Caroline THIRION et Didier Griffond

Du jeudi 22 au dimanche 25 septembre 

  • Jeudi à dimanche : de 13h à 18h

 

S'y rendre

Jardin des Plantes  de Montpellier

Boulevard Henri IV, 34000 Montpellier

L’expo

L’expo

Idjanga, la forêt aux gorilles

Depuis plus de quinze ans, Max Hurdebourcq, observateur solitaire et passionné des gorilles, s’engage pour la défense des forêts d’Afrique Centrale. Celles-ci composent la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, qualifiée de deuxième « poumon de la planète » en termes de captation de carbone. 

Dense, profonde, la forêt du Bassin du Congo s’étend sur 240 millions d’hectares offrant un refuge à de nombreuses espèces rares et protégées – parmi les plus emblématiques (gorille, chimpanzé, éléphant, buffle, léopard…) – et plus de 8000 plantes endémiques. 

Ni politique, ni scientifique, Max Hurdebourcq est un observateur attentif et passionné de la nature qu’il a appris à connaitre lors de ses nombreux et longs séjours, seul, dans les forêts du Gabon en particulier. Dans des conditions souvent difficiles, il parcourt de vastes zones pour observer les gorilles et sensibiliser les populations locales, ainsi que les exploitants sylvicoles, à la préservation de l’extraordinaire vie sauvage qui peuple les concessions forestières, véritables îlots de biodiversité. 

Max a mené en septembre 2021 sa dernière mission d’exploration dans le sud-est du Gabon, au cœur de la concession CEB – Precious Woods. Son but : la mise en place d’une zone refuge pour les gorilles et la faune locale dans cet espace de près de 6000 km2. Une première au Gabon qui impose depuis 2018 la certification durable des forêts aux exploitants actifs sur son territoire. 

Et un exemple qui, s’il se concrétise, pourrait s’étendre à travers tout le bassin du Congo. Pour Max, ce serait la reconnaissance et l’aboutissement de son combat. Tout sauf des forêts silencieuses !

Le film documentaire  « Idjanga, la forêt aux gorilles » (52’ – 2022) réalisé par Caroline Thirion, mis en image par Didier Griffond, et produit par Gedeon, Clair-obscur, Ushuaïa TV et TV5 Monde, retrace le combat de Max Hurdebourcq et ses explorations au cœur de cette forêt gabonaise fascinante.

A propos de Max HURDEBOURCQ, Caroline THIRION et Didier Griffond 

Max Hurdebourcq, photographe-reporter, cameraman, plongeur, habitué des missions d’archéologie sous-marines pour des organismes officiels dix ans durant, a sillonné et plongé en mer de Chine et en Egypte. En 2004, il se trouve sur la côte du Gabon, en Afrique centrale, pour un reportage sur la protection des tortues luth, exceptionnel lieu de ponte. Il a les yeux tournés vers la mer mais derrière lui se dresse l’extraordinaire mur végétal de la forêt tropicale, un écosystème totalement inconnu qu’il décide de découvrir avec une approche différente. Pour entrer dans la forêt, il se tourne vers ceux qui l’exploitent.  pisteurs de la communauté autochtone, Max s’immerge trois mois dans la forêt congolaise afin de trouver et de filmer des familles de gorilles sauvages vivant dans cette zone, vaste de plus d’un million d’hectares. 

Tenter de retracer l’itinéraire de Caroline Thirion, c’est prendre la grand-route de la noble aventure, descendre le cours du fleuve Congo, s’enfoncer dans les forêts tropicales de Guyane. C’est marcher plus de 500 kilomètres dans les pas d’improbables cowboys au Katanga, lors d’une transhumance de bétail en 2012 ; pister la trace de chimpanzés sauvages ; ou documenter le parcours de jeunes légionnaires. 

Ancrés dans l’humain et le partage de vécus, ses sujets ont l’humanité de sa démarche.  Authentique et sincère.  Ainsi, son amour passionnel pour la République démocratique du Congo, pays-continent découvert à l’occasion d’un concours photo en 2002. Une terre qui depuis ne la quitte plus. Elle y a réalisé de nombreux sujets publiés dans la presse internationale, et y mène aussi des projets documentaires personnels. 

Courir le monde. Depuis de longues années, toujours plus loin, toujours l’ailleurs… Qu’en est-il ? Une quête ? Un projet documentaire à l’autre bout du monde ? Le désir indécent de se faire plaisir ? L’appel de l’inconnu ? Une fuite ? Peu importe, un dénominateur commun se sera affirmé au fil de ces périples : l’envie, le besoin d’aller vers l’autre, de saisir ce qui l’anime, le broie, l’exalte ou l’angoisse, saisir son quotidien ou son exceptionnel… 

Didier Griffond réalise et collabore depuis trente ans à des films documentaires abordant des faits de société, décryptant le monde et des personnalités emblématiques de notre époque.

Il a collaboré régulièrement en tant que chef-opérateur et monteur à une trentaine de films.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ça peut vous intéresser !

Suivez-nous !

Ça bouge avec What a Trip ! Inscrivez-vous pour rester informé

>
Share This