La lecture du mois : Au fil du rail de Ted Conover

Chaque mois, découvrez un article dédié à nos coups de cœur lectures. Romans, récits de voyages, carnets de voyage, tous les styles peuvent être présentés ici à partir du moment où il s’agit d’un coup de cœur !

Ce mois-ci, un reportage de Ted Conover, qui est parti sur les traces des hobos alors qu’il n’est encore qu’un jeune étudiant en anthropologie. Il se décide alors à partager la vie de ces ces sans-domicile itinérants américains.

A PROPOS DE TED CONOVER

Natif du Colorado, où il a grandi, Ted Conover est un journaliste d’investigation et écrivain considéré comme un des piliers du Nouveau journalisme, au croisement entre journal de voyage, reportage et récit anthropologique. C’est son premier livre, Au fil du rail, publié en 1980 aux États Unis qui lui donne la renommée qu’il a aujourd’hui. Ted suscite l’admiration avec ses reportages de l’extrême dont l’infiltration est le maître mot : il est devenu gardien de prison à Sing Sing dans Newjack (finaliste du prix Pulitzer), immigré parmi les travailleurs clandestins mexicains dans Coyotes ou chauffeur de taxi à Aspen au plus près des nantis dans Whiteout.

AU FIL DU RAIL : IMMERSION DANS LA PEAU D’UN HOBO

Si on devait traduire le mot « hobo » on utiliserait les traductions « vagabond » ou « chemineau ». Il s’agit en réalité d’un sans domicile fixe voyageant de ville en ville, la plupart du temps en se cachant dans les trains de marchandises.

Ted Conover n’est alors qu’un jeune étudiant en anthropologie lorsqu’il décide de partager la vie des Hobos. C’est équipé seulement d’un sac de de l’armée en bandoulière auquel est suspendu un bidon d’eau que Ted fuit une vie de confort pour partager le quotidien de ces voyageurs itinérants. Pendant quatre mois, fuyant une vie de confort, il va parcourir des milliers de kilomètres dans des trains de fret et peu à peu approcher les hobos. Vivre avec eux, partager les casse-croûte, les bagarres, les galères et les coups de gueule … Apprendre à se cacher des « bouledogues », ces flics postés à chaque intersection pour expulser les « trimards »… Autant d’expériences qui coupent court à tous les clichés à travers une profonde humanité.

Au fil du rail est un témoignage historique d’un mode de vie aujourd’hui révolu, dressant le portrait de ces baroudeurs de l’asphalte et de la dureté de leur mode de vie. Ce récit est aussi une véritable illustration de ce que sont l’aventure et le voyage : des rencontres. Des rencontres qui nous permettent de mieux comprendre notre monde et la pluralité des individus et cultures qui le composent. Véritable journalisme d’investigation mais aussi récit d’une aventure contemporaine, si l’on devait positionner Au fil du rail, il se situerait entre Into the Wild de de Jon Krakauer et Sur la route de Jack Kerouac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *