le voyage en images !

What A Trip ! c’est une série de témoignages : témoignages vidéos, témoignages verbaux mais c’est aussi des témoignages photographiques d’aventures et de voyages. Quand l’image suscite l’intérêt et la curiosité,  quand elle dénonce ou témoigne, l’image peut donner envie ou faire peur. Plongez dans une univers d’aventures à travers cette série de 8 expositions éphémères dispersées dans des lieux historiques du centre-ville de Montpellier !

LES EXPOSITIONS GRATUITES   :

PLANETE MEDITERRANEE

Laurent BALLESTA

Planète Méditerranée est une exposition de 50 photographies. 

Elle s’inscrit dans la continuité des derniers travaux d’illustration de Laurent Ballesta : Secrets d’Océans, Adélie Terre & Mer et 700 Requins dans la nuit. Planète Méditerranée est le fruit du travail personnel de Laurent Ballesta lors de l’expédition éponyme de juillet 2019, mais aussi la conclusion d’un travail plus global mené sur le long terme en Méditerranée. L’exposition présente donc les plus beaux clichés du biologiste photographe, des années 2010 à aujourd’hui.

Accompagnées de textes minimalistes, les photographies de créatures rares jamais illustrées auparavant et de comportements inédits racontent au fil de l’exposition des histoires naturelles et des histoires vécues. De l’extraordinaire biodiversité des récifs coralligènes, aux grands paysages de la zone mésophotique, Laurent Ballesta initie un voyage dans ces écosystèmes d’un autre monde pourtant bien réels et appartenant à la même planète, la Planète Méditerranée.

A propos de Laurent Ballesta : 

Laurent Ballesta est un photographe Français originaire de Montpellier.

Il est l’auteur de 13 livres de photographie dédiés à la vie sauvage sous-marine. Co-créateur de la société Andromède Océanologie en 2000, il a dirigé plusieurs expéditions de grande ampleur durant les 10 dernières années. Ses Expéditions Gombessa reposent sur trois valeurs emblématiques : un mystère scientifique, un défi de plongée et la promesse d’images inédites. Des premières photographies du cœlacanthe prises par un plongeur à 120m de fond, jusqu’aux chasse des 700 requins de Fakarava la nuit, en passant par les plongées les plus longues et les plus profondes d’Antarctique, Laurent illustre le monde sous-marin avec un regard naturaliste et artistique.

En juillet 2019, Laurent a réalisé une première mondiale en mariant avec succès les moyens de la plongée à saturation initialement dédiée à l’exploitation offshore, avec les techniques de plongée autonome en recycleur à gestion électronique dans le but d’illustrer les écosystèmes profonds typiques de la Méditerranée, et de mettre en place des protocoles scientifiques à ces grandes profondeurs. Avec trois autres plongeurs, Antonin Guilbert, Yanick Gentil et Thibault Rauby, ils ont cohabité dans un module de 5m2 pressurisé jusqu’à 13 bars, soit l’équivalent de -120m de fond, pendant 28 jours. Quotidiennement, ils ont effectué des sorties pour explorer et étudier librement et sans limite de temps la zone crépusculaire entre 60 et 140 mètres de fond, de Marseille à Monaco.

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h 

MAISON DES RELATIONS INTERNATIONALES NELSON MANDELA

Esplanade Charles de Gaule, 14 Descente en Barrat, 34000 Montpellier

ÔDE A LA BIENVEILLANCE

Alexandre SATTLER

 

La bienveillance se manifeste par le ressenti, l’intuition, l’empathie et la bonté, qui existent naturellement dans le cœur des êtres libres. Ce sont des compétences potentielles que nous possédons tous à la source. 

 

Le voyage a le pouvoir de nous relier et de révéler notre bienveillance notamment grâce aux rencontres. Qu’il est bon d’ouvrir son coeur à l’inconnu, de l’accueillir et se faire accueillir quelques soient notre origine, notre religion et nos croyances.Ensemble nous pouvons créer des mémoires heureuses, vivre des émotions joyeuses et partager un bout de fraternité. Dans un monde où sévit parfois une famine de l’essentiel, la bienveillance nous rappelle que nous ne sommes ni dépendants, ni indépendants mais inter-dépendants. Seul un retour à une bienveillance manifeste nous permettra un retour de l’humanité  au bien-être, à la sérénité, à la sagesse et à la paix.

 

Nous serons alors en mesure de nourrir notre véritable raison d’être sur cette terre qu’il nous appartient d’aimer et de préserver pour vivre ensemble avec bienveillance. 

A propos d’Alexandre Sattler :

A travers son regard, le photographe-voyageur Alexandre Sattler veille à nous éveiller vers cette compréhension, cette intuition, cette sagesse intérieure qui pousse à croire que l’amour trouve sa place en toute chose et en tout être. La bienveillance ne connaît pas le jugement, elle n’est qu’accueil et sollicitude. Des yeux rieurs d’un enfant au regard ridé d’un sage, ces images sont dédiées à ceux qui incarnent l’ouverture, la présence, l’écoute, et ce, peu importe le chaos environnant.

 

Son dernier livre « Ode à la bienveillance » est disponible en librairie a partir du 10 octobre, ou sur le site de l’éditieur Hozhoni.

Jardin de l’office de Tourisme 

30 Allée Jean de Lattre de Tassigny, 34000 Montpellier

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

En partenariat avec :

BALADE AVEC BROWNIE / SECTION DE NEW-YORK

Pierryl PEYTAVI

 

 

Pour moi, la photographie est d’abord un champ d’expérimentation qui permet de transfigurer la réalité dite objective, de s’en affranchir pour affirmer un « regard spontané », une subjectivité dans toutes ses dimensions se déclinant en « image-sensation ».

Ma démarche photographique est axée depuis toujours sur l’errance comme principale stratégie créative ; ici donc à New York ; avec mon regard défaillant et le filtre de mes compagnons de route, que sont le Brownie et le Sténopé.
« …, je m’en suis remis au hasard, à l’instinct, à l’improvisation, à l’expérimentation, au surgissement… pouvant aller jusqu’à me perdre. »

Une photographie sans préméditation, une esthétique des aspérités, qui s’attache à l’illusion, voire à la sidération, et traque la poésie dans les moindres recoins du quotidien.

A propos de Pierryl Peitavi :

Photographe auteur depuis une quinzaine d’années, j’ai réalisé de nombreuses expositions et de résidences d’artiste en France et à l’étranger : Rencontres photographiques de Marrakech, Hôtel des arts à Toulon, Opal gallery à Atlanta, Maison Européenne de la Photographie à Paris, Centre d’art La fenêtre à Montpellier…

LE BAR A PHOTOS 

29 ter Rue Lakanal, 34 090 Montpellier

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

En partenariat avec :

VISION – TRIPTYQUE DU CAP VERT

Audrey VISTE

 

C’est au travers de portraits que l’exposition « Vision-Triptyque du Cap-Vert » met en valeur 4 des 10 îles présentes sur l’archipel, mises en scène par triptyques.
Chaque triptyque nous présente un site et son habitant, ce lien sans cesse visible entre les Hommes et la Terre Cap-Verdienne.

L’archipel du Cap Vert a inspiré la photographe qui a pu lier ses deux principaux vecteurs en photographie : l’humain et son environnement.
Une vision qui convoque l’éphémère et l’éternel.
Le regard porté sur ces sites authentiques est avant tout celui de l’habitant sur son environnement.

À l’heure où l’Homme a atteint une limite de domination sur son environnement, le Cap- Vert et ses Hommes ont su préserver un rythme et un mode de vie en lien direct avec celui de leur terre.
Le choix du Triptyque pour la série « VISION » est celui de trois axes conscients et inconscients. À l’image de l’Homme, la Terre et leur lien indéfectible.

L’exposition tient à ne montrer qu’une vision, présente en majorité sur l’archipel, celle d’une activité humaine en totale harmonie avec son milieu naturel, celle de témoignages de vie, celle d’un rythme intemporel.

A propos d’Audrey Viste :

Passionnée de l’image depuis l’enfance, la photographie a toujours été présente dans son parcours. Passion transmise par son père, elle a débuté avec l’argentique.
Elle concrétise son métier de photographe en 2017, en se lançant professionnellement dans cette activité. Le cinéma reste une source d’inspiration vive dans son rapport à la photographie.

C’est dans le regard porté sur les gens, au travers de portraits, mais également sur leur environnement, qu’elle tend à retranscrire subjectivement le monde qui nous entoure. Avec une esthétique cinématographique toujours présente. Au delà de la prise de vue, c’est l’histoire rapportée par le traitement qui anime son travail.

Elle tend aujourd’hui à exposer et créer des séries documentaires, toujours proches de l’Humain et du monde dans lequel il évolue.

SALLE PETRARQUE 

2 Place Pétrarque, 34 000 Montpellier

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

DANS TES YEUX

Marion STADEROLI

 

En voyage, quand les mots ne sont pas là pour échanger, il y a les gestes, le regard, le sourire. Et puis, l’appareil photo, qui peut devenir un véritable vecteur de rencontre si tant est qu’il soit utilisé avec respect et un désir profond de partage de part et d’autre.

La réalisation d’un portrait est quelque chose d’à la fois simple et complexe, où tout est question l’alchimie. Il faut qu’il y ait une connexion avec la personne, il faut qu’elle ait l’envie de donner, et de partager. Sebastião Salgado a déclaré en ce sens : « La force du portrait c’est que, dans cette fraction de seconde on comprend un peu la vie de la personne qu’on photographie. Les yeux racontent beaucoup… Quand tu fais un portrait, ce n’est pas toi tout seul qui prend la photo ; la personne t’offre la photo ». Lors de mes périples, je ne fais pratiquement jamais poser les personnes que je rencontre. Tout se fait au feeling pour moi. Ce qui m’intéresse, c’est leur expression et ce que me disent leurs yeux, précisément à cet instant. Je les veux, dans toute leur réalité, je ne veux rien risquer d’induire qui ne soit instinctif.

A propos de Marion Staderoli :

Marion Staderoli, cette jeune femme du sud de la France est née en 1982 et exerce sa passion, la photographie, de manière professionnelle depuis 2009.

 

Outre ses prises de vues pour le particulier et les entreprises, elle cherche sans cesse à se renouveler et à se dépasser dans un genre qu’elle affectionne particulièrement : la photographie de voyage. Aujourd’hui, elle allie photographie et voyages ce qui a engendré la création d’un blog intitulé, puis l’écriture d’un livre « Et si c’était possible…

SALLE PETRARQUE 

2 Place Pétrarque, 34 000 Montpellier

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

KURDEWARÎ, PAYS DES KURDES

Maxime CROZET

 

Niché dans les montagnes entre l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie, le Kurdistan reste un territoire mythique, sans frontières reconnues, et les Kurdes une nation sans état.

Sur ces quatre pays, seuls deux reconnaissent officiellement une région sous la dénomination de « Kurdistan » : l’Iran avec sa province du Kurdistan et l’Irak avec sa région autonome du Kurdistan.
En sillonnant les routes de cette contrée montagneuse et de hauts plateaux d’Asie de l’Ouest, je suis allé à la rencontre du peuple des frontières, à la croisée des mondes turc, persan et arabe. Et au destin à la fois héroïque et tragique. Instantanés de voyage dans un pays qui n’existe pas.

A propos de Maxime Crozet : 

Né en 1985, Maxime Crozet est technicien audiovisuel de formation. C’est avec une grande soif d’évasion et d’ailleurs qu’il quitte la France en Septembre 2007, porté par un projet personnel: voyager autour du monde en se déplaçant au maximum par la voie terrestre. Il sillonne l’Europe, l’Asie, l’Océanie et ne rentrera en France que deux ans plus tard. Début 2011, Maxime décide de reprendre l’aventure avec toujours pour fil conducteur: la route. Il traverse à nouveau l’Europe, puis le Proche-Orient et effectue le tour du continent africain durant seize mois, avant de retourner en douceur vers la France. C’est au cours de ses longs et riches périples que sa passion pour la photographie s’est développée, jusqu’à prendre une place centrale dans sa manière d’explorer le monde. Depuis, il poursuit ses voyages vers des horizons divers. Son travail évoque les terres de confins et s’articule, entre autres, autour des thèmes de l’errance, de l’identité et des frontières. A travers ses clichés, issus de la richesse de ses rencontres, son regard nomade illustre la diversité anthropologique, documentaire ou encore affective du portrait.

LE RENDEZ-VOUS DES ARTISTES 

8 rue de la Carbonnerie 34 000 Montpellier 

Horaires :

Vendredi 25/09 : 14h – 18h

Samedi 26/09 : 10h – 18h

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

EXTRAITS D’ARIEGE : LE COUSERANS 

Julie LORANT

 

Dans ce travail photographique, je vous présente des photographies du Couserans et de l’Ariège tel que je les vois depuis que je suis installée ici. Toutes les photographies ont été prises dans le Couserans, lors de randonnées au sommet et de découvertes du pays. 

 

Cette série est un défi pour moi. Je me suis donnée une consigne : lorsque je prends des photos de l’Ariège, je n’utilise que le Noir&Blanc. C’est une technique que j’emploie peu, j’ai fait ce choix car je veux enrichir mon travail photographique et regarder autour de moi autrement qu’en couleurs. Je travaille alors sur les lumières, les textures, les sujets, les contrastes…

A propos de Julie Lorant : 

Éclairagiste et régisseuse lumière dans le spectacle vivant, je me passionne depuis plusieurs années pour l’image.

 

Je cherche à aborder dans mon travail photographique la manière dont je perçois le monde qui nous entoure,  ses paysages, ses lumières, sa vie.

VILLAGE DU VOYAGE 

Esplanade Charles de Gaulle  34 000 Montpellier 

Horaires :

Vendredi 25/09 : 10h – 23h 

Samedi 26/09 : 10h – 23h 

Dimanche 27/09 : 10h – 16h

IRAN : TRÉSOR EN TERRE PERSE

Marie FRAYSSINET

 

L’Iran est un de mes plus beaux voyages et je suis fière d’en partager ses quelques clichés afin de faire honneur à la grande culture perse.
Merci aux iraniens pour leurs sourires et leur gentillesse unique au monde. Un peuple guidé par l’amour et la convivialité.

A propos de Marie FRAYSSINET : 

Montpelliéraine passionnée par la photographie et les rencontres humaines, Marie partage ses voyages sur son blog A day in the world depuis 2012.


Vous y découvrirez des idées d’itinéraires, des conseils sur le voyage, des récits, et les projets humanitaires qu’elle mène en faveur des femmes du monde.
Du désert du Rajasthan à la steppe Mongole, en passant par les ruelles de Bogota et les favelas de Rio, on découvre ses aventures avec passion et humour.

AÉROPORT MONTPELLIER MEDITERRANEE 

D172 – Mauguio

Horaires : du 21 septembre au 20 octobre 2020

Aux horaires d’ouverture de l’aéroport

DISPOSITIONS COVID-19 

Afin de vous garantir des conditions d’accueil optimales et en toute sécurité, mais aussi afin de préserver les bénévoles vous accueillent sur les sites d’exposition du festival, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir suivre les consignes ci-dessous.

Port du masque obligatoire dans la salle d’exposition

Mise à disposition de gel hydroalcoolique

PLAN DE SITUATION